tarif medical

La question des données de santé connectées se pose

Les objets connectés comme les montres ou les balances emmagasinent une grande quantité de données concernant la santé de leurs propriétaires. Lorsque ces derniers ont souscrit une assurance santé, leur compagnie peut avoir accès à ces informations personnelles, soulevant le problème de leur usage.

Dans certains pays européens, elles permettent d’ajuster le montant de la cotisation, permettant aux assurés de réaliser des économies substantielles. En France, les professionnels du secteur n’ont pas encore obtenu l’aval (facultatif) de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL). Ce qui n’empêche pas l’organisme de rester très vigilant.


L’assurance santé se dirige vers une tarification individuelle ?

Néanmoins, il semble que le marché se dirige vers un système de tarification individualisée, dans lequel le partage des informations de santé joue un rôle essentiel. Pour l’heure, les salariés sont les seuls à bénéficier de ce type de contrat, mais il pourrait rapidement se généraliser aux particuliers. La pratique révolutionnerait l’assurance santé avec l’apparition de grosses disparités sur les prix affichés par les comparateur mutuelle.

Des approches innovantes dans ce sens émergent. Par exemple, avec son nouveau contrat d’assurance santé Vitality, Generali France donne un avantage aux clients qui ont ou adoptent une bonne hygiène de vie.

Ainsi, ces derniers remplissent le questionnaire habituel sur leur état de santé et leurs habitudes. L’assureur émet alors des recommandations pour avoir un mode de vie sain. Si les assurés s’y conforment et corrigent leur comportement, une récompense les attend. À peine lancé, le produit suscite déjà une controverse.