choix de la mutuelle pour la retraite

Pour limiter les coûts : bien choisir ses garanties

Beaucoup de néo-retraités ont la mauvaise surprise de découvrir que leur mutuelle santé va leur coûter beaucoup plus cher. En effet, la majorité des entreprises prennent en charge une proportion non négligeable de la mutuelle de leurs employés.

Pour payer moins, plutôt que de prendre un contrat avec des garanties au rabais, il vaut mieux faire un arbitrage et ne conserver que celles qui sont généralement considérées les plus utiles à la retraite.

Les garanties portant sur les frais d’ophtalmologie, les soins dentaires ou l’hospitalisation en durée illimitée (ici il faut prendre le soin de vérifier qu’il n’y a pas de délai de carence) sont par exemple considérées comme indispensables.


Ensuite, tout dépend du profil de chacun et les besoins seront différents en fonction de l’historique de santé, mais également du style de vie. Ceux qui pratiquent des loisirs jugés « risqués » comme la moto, le cyclisme ou encore l’équitation auront probablement intérêt à choisir un contrat prenant en charge les séances d’ostéopathie ou de kinésithérapie.

Les retraités présentant des problèmes de mobilité pourront préférer des établissements leur offrant la prise en charge d’une aide-ménagère. Les possibilités de personnalisation sont nombreuses et il ne faut pas hésiter à multiplier les comparatifs pour bénéficier de la meilleure couverture possible.

Mutuelle santé : des aides disponibles

Les retraités qui se voient dans l’impossibilité de faire face au coût d’une mutuelle santé à la suite de la baisse de leurs revenus ne doivent pas se résigner à vivre sans une bonne couverture médicale.

La CMU (Couverture Maladie Universelle) et l’ACS (Aide au paiement d’une complémentaire santé) sont en effet là pour les assister. Toutes les deux attribuées sous conditions de ressources, elles permettent, pour la CMU, de choisir une mutuelle gratuite parmi les établissements affiliés et pour l’ACS de bénéficier d’une réduction – avoisinant les 550 euros pour les plus de 60 ans – sur le montant annuel à payer pour la complémentaire santé.