plan transformation système de santé gouvernement

Le ras-le-bol des professionnels de la santé

Dans une tribune citoyenne publiée lundi 12 février dans « Libération » les professionnels de la santé et de nombreux citoyens demandent la mise en place d'états généraux sur le système de santé français actuel. Pour eux, la priorité doit être donnée à de meilleures conditions de travail pour les personnels des hôpitaux et donc  une amélioration du parcours de soins des malades.

Les professionnels (médecins, infirmiers) ont déjà établi la liste des priorités en la matière : relancer et augmenter le financement des hôpitaux, éliminer les actes dits inutiles, repenser la tarification, prévoir une meilleure organisation et coordination entre les différentes structures hospitalières mais aussi entre les hôpitaux et les cabinets de ville.


Lamine Gharbi, président de la Fédération de l'hospitalisation privée précise que le gros du problème réside dans le manque de moyens des structures hospitalières : « Près de 30% des hôpitaux et cliniques privés sont en déficit. En 2017, plus de 150 établissements de santé privés en difficulté ont fait des demandes d'aide financière aux Agences régionales de Santé. Presque aucune aide n'a été débloquée. »

Sur les réseaux sociaux, les personnels de nombreux hôpitaux ont décidé de dénoncer directement le manque de moyens et des conditions de travail de plus en plus stressantes avec le hashtag #balancetonhosto. Des plaintes qui ont suscité la réaction du ministère concerné.

Pas de mesures concrètes ou financières prévues pour l'instant

Si le gouvernement a affirmé prendre en compte les différentes demandes des professionnels de santé en réfléchissant sur une stratégie de transformation de l'offre de soins, aucune mesure concrète n'est actuellement prévue par le ministère de la Santé. Les financements supplémentaires réclamés ne sont pas non plus prévus dans l'immédiat.

Le gouvernement a annoncé l'ouverture d'une concertation autour de la question. Discussions auxquelles participeront les différents acteurs concernés (syndicats de médecins, des infirmiers, fédérations des hôpitaux etc). Les travaux porteront sur le développement d'autres modes de financement, la rémunération sur objectifs, le paiement forfaitaire ou encore le raccourcissement des séjours hospitaliers.


Agnès Buzyn, ministre de la Santé a annoncé que ces concertations entre experts devraient donné lieu à l'élaboration d'un plan d'action d'ici au printemps prochain pour une politique d'application et de réforme qui s'étalera tout au long du quinquennat d'Emmanuel Macron. Le but est donc d'organiser les différentes demandes pour identifier les principaux chantiers et les traiter un à la fois.

Cinq chantiers principaux annoncés

Cinq angles principaux vont être abordés en vue d'améliorations pour les prochaines années :

  • L'e-santé : développement de la télémédecine et du dossier médical partagé ; 
  • L'organisation territoriale des soins ville /hôpital ; 
  • La qualité et la pertinence des soins proposés
  • Les ressources humaines des hôpitaux : la question du partage de temps des médecins entre les hôpitaux et les cabinets de ville, réforme éventuelle des études. 
  • La diversification des modes de rémunération.