hausse sédentarité français

Une baisse constante de l’activité physique

En 2008, une personne adulte consacrait 4 heures 38 minutes par jour à des activités sédentaires (lire ou écrire, se reposer, regarder la télévision, manger, travailler). Aujourd’hui, ce chiffre serait à la hausse et avoisinerait désormais les 7 heures par jour selon l’ONAPS. L’activité physique des adultes mais également celle des enfants français est en baisse et par conséquent les éventuels problèmes de santé tendraient à augmenter.

La sédentarité peut entraîner des risques importants pour la santé, notamment des problèmes cardiaques ou artériels. Si la durée passée assis ou allongé est à prendre en compte pour jauger de la sédentarité d’un individu, les scientifiques précisent qu’il ne s’agit pas du seul paramètre à prendre en compte. On peut rester assis plus de 7 heures par jour et être cependant très actif physiquement.


Etes-vous trop sédentaire ? Les critères à prendre en compte

Plusieurs critères sont à prendre en compte pour déterminer si une personne n’est pas assez active physiquement. Classiquement, selon l’ANSES, la sédentarité désigne une période d’éveil (hors période de repos et de sommeil donc) pendant laquelle l’individu va dépenser très peu d’énergie en restant assis ou allongé. Il faut donc également prendre en compte l’activité physique annexe mais aussi les habitudes alimentaires pour évaluer le niveau de sédentarité d’une personne. L'énergie dépensée doit toujours être supérieure ou égale à l’énergie consommée (alimentation). Dans le cas contraire (peu d’énergie dépensée pour beaucoup d’énergie consommée), la personne peut être considérée comme étant trop sédentaire et inactive.

L’augmentation des métiers dits « de bureaux » a donc contribué à la hausse significative de la sédentarité dans les sociétés modernes et occidentales. Pour l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), ce problème concerne désormais 60 à 85% de la population mondiale. L’organisation associe cet sédentarité à plusieurs maladies de plus en plus présentes chez les citoyens : les diabètes, l’obésité, l’hypertension, la dépression, certains cancers et maladies cardio-vasculaires.

Soyez plus actifs au quotidien !

Il n’est pas nécessaire de devenir un athlète de haut niveau pour limiter les risques liés à une faible dépense d’énergie. Il suffit de s’organiser afin de passer moins de temps assis ou allongé et de dépenser plus d’énergie lors d’activités quotidiennes en réduisant notamment les activités sédentaires. Quelques pistes sont avancées par les médecins : 

  • Identifiez vos activités sédentaires au travail et à la maison : Le but est de quantifier les périodes et la durée d’inactivité physique sur une journée afin de les réduire au maximum. 

  • Investissez dans un objet connecté : bracelet, montre, smartphones, les appareils connectés vous veulent du bien. Ils peuvent estimer votre activité physique en comptant vos pas quotidiens et les calories dépensés. Ils analysent aussi votre rythme cardiaque et peuvent vous avertir quand il est temps de se lever et de bouger un peu. 

  • Ayez une activité physique régulière : En France, 1 personne sur 6 considérée comme sédentaire pratiquerait une activité sportive élevée (plus d’une heure 5 fois par semaine). Pour l’ONAPS, la pratique d’un sport au quotidien est utile mais ne règle pas le problème de la sédentarisation. Cependant 30 minutes d’activité sportive 5 jours / 7 aiderait à réduire les risques liés à la sédentarité.

L’Observatoire conseille donc d’y ajouter de meilleures habitudes quotidiennes : se lever de son bureau toutes les heures, prendre les escaliers, marcher ou pédaler pour aller au travail, faire les 100 pas lorsqu’on est au téléphone, faire le ménage en suivant la télévision… Bref réduire au maximum les périodes assises.