ville de paris vélib smovengo

Deux millions d’euros de pénalité pour Smovengo

Début Février, la ville avait décidé de rendre le service de vélos en libre-service gratuit pour ses usagers. Une façon de les dédommager pour les désagréments subis suite au retard dans le déploiement des nouveaux vélos. Pourtant, le concessionnaire désigné, le consortium Smovengo, semble avoir du mal à respecter le calendrier prévu. Sur les 1 400 stations qui auraient dû être équipées de nouveaux modèles de vélos, seules 300 l’étaient effectivement fin février.

Un retard qui a valu au nouveau concessionnaire, le prononcé d’une pénalité contractuelle de près de deux millions d’euros pour les mois de janvier et février, qui devront être versés au Syndicat Autolib’ Vélib’ qui gère ce service. La pénalité d’un million par mois de retard sera applicable jusqu’à ce que Smovengo respecte ses obligations en fournissant les vélos commandés.

La Ville de Paris décide d'envoyer ses propres agents sur le terrain

Au vu des nombreux dysfonctionnements et des défaillances du prestataire, la Ville de Paris vient de décider de reprendre la main sur le dossier Vélib’ « Nous voulons davantage nous impliquer du point de vue opérationnel, en apportant concrètement un soutien des équipes techniques de la ville de Paris pour rattraper le retard. On a, par ailleurs, constaté que le prestataire, en voulant rattraper son retard, avait installé beaucoup de stations sur batterie. » explique Christophe Najdovski, adjoint EELV en charge des transports. Ces stations, installées sur batterie présenteraient des anomalies importantes.

La ville de Paris et le Syndicat Autolib’ Vélib’ ont donc décidé de lancer un nouvel appel à candidature afin de mettre en place un comité des usagers métropolitains. Le but est de centraliser les attentes des usagers « Des ingénieurs, des techniciens de la Ville vont être mis sur le projet. On va donner la priorité au raccordement au réseau électrique des stations existantes. » précise Christophe Najdovski. Les experts et ingénieurs municipaux vont être envoyés directement sur le terrain pour accompagner Smovengo dans sa mission. 

Il faut rappeler que le dossier Vélib’ avait été l’un des projets phares de la maire de Paris, Anne Hidalgo. Cet échec, qualifié par ses opposants de « véritable fiasco » vient donc fragiliser la position de l’élue.