sinistre habitation

Le contrat d’assurance MRH englobe le remboursement des pertes subies par l’assuré en cas de sinistres tels que les dommages causés par les inondations, les vols à domiciles ou encore les incendies.

A chaque cas de figure correspond une convention, raison pour laquelle l’assuré doit prendre conscience de toutes les clauses inscrites dans l’engagement afin d’en connaitre toutes les conditions. La demande d’indemnisation doit suivre une procédure qui permet d’identifier les articles concernés par le traité et de procéder au dédommagement.

Comment bénéficier de l’indemnisation sur habitation ?

Les divers cas de figures énoncés dans le contrat MRH sont couverts par une prime d’assurance pour leur dédommagement. L’annonce du sinistre doit se faire auprès du bureau de l’établissement assureur afin que l’assuré puisse toucher l’indemnité qui correspond à son cas. Les étapes à suivre en ce sens sont généralement dictées par les clauses, et doivent être respectées par le souscripteur.


Incendie et dégâts des eaux : les marches à suivre

Dans un contrat d’assurance habitation, chaque cas de figure prévoit une procédure spécifique. S’il s’agit d’un incendie ou d’un dégât des eaux, l’assuré doit faire, de quelque manière que ce soit, un avis auprès de son assureur dans les cinq jours ouvrés qui suivent l’accident. Des preuves sont requises pour constater les dégâts, et aucun objet endommagé dans l’accident ne doit être détruit ni jeté.

Dans le cas d’un dégât des eaux, les mesures à prendre par l’assureur dépendront de la source mais aussi de l’étendue du problème. L’assuré doit donc mentionner les détails qui permettront d’identifier les causes et analyser les zones atteintes. Dans un cas comme dans l’autre, le passage de l’expert mandaté par l’assurance est indispensable, car il sera le seul habilité à définir l’ampleur des dégâts.

Cas de vol à domicile et de catastrophes naturelles

Le vol à domicile présente quelques exceptions dans un accord d’assurance habitation. En effet, même s’il s’agit d’une clause multirisque, la restitution financière ne sera effective qu’après présentation de certaines pièces justificatives et validation de l’expert désigné par la mutuelle.

L’assureur procèdera au dédommagement, après avoir proposé une indemnité qui pourra être réétudiée si elle est réfutée par l’assuré. En ce qui concerne les catastrophes naturelles, le souscripteur bénéficiera d’une clause spécifique valable sous la seule condition d’une proclamation officielle du gouvernement de l’existence d’un tel fait. Dans ce cas, l’intervention d’un expert n’est pas indispensable, sauf si le sinistré en juge l’utilité.