Vandalisme à domicile

L’assurance habitation comporte plusieurs volets qui permettent à un propriétaire d’assurer la garantie de son logement dans les nombreux éventuels cas de sinistres. Le vandalisme fait partie de ces cas de figure qui nécessiteraient l’intervention d’une assurance pour le remboursement des dégâts.

Pour jouir d’une telle garantie, le propriétaire en question doit se rendre dans un établissement d’assurance immobilier pour souscrire à un contrat d’assurance. Ladite convention devra ainsi valider la prise en charge des dommages occasionnés par un vol, et donc accepter de rembourser les objets volés dans la maison.

Le vandalisme, un acte dévastateur

Dans un cadre général, il s’agit d’un cas de destruction et/ou de dégradation volontaire d’un bien immobilier. Les compagnies d’assurances cautionnent deux types de vandalisme.


Ainsi, en premier lieu, il y a le vandalisme qui s’accompagne d’un vol, à l’occasion duquel des objets tels que des meubles, des portes ou encore d’autres équipements ont été endommagés. En second lieu, il y a ce que l’on appelle le vandalisme autonome. Dans ce cas, la dégradation du bien est constatée sans but précis.

Prise en charge du vandalisme par les compagnies d’assurances

Le contrat d’assurance habitation ne comprend pas systématiquement la garantie vandalisme. Elle constitue, en effet, une option au choix que le propriétaire devra souscrire en bonus de son contrat basique. Dans ce cas, il pourra bénéficier d’une couverture par rapport à « tout acte de vandalisme autonome ou de dégradation gratuite commise à l’intérieur de la maison ».

Il peut aussi prendre une option de garantie protection juridique. Mais afin que le propriétaire puisse réclamer son dédommagement, il est impératif qu’une entrée par effraction puisse être prouvée. Dans le cas où l’acte de vandalisme est en accompagnement d’un vol, le remboursement ne concernera que les dommages qui sont directement en rapport avec le cambriolage, à savoir : les fenêtres cassées, les portes fracturées, ou les meubles fermés à clé qui ont été endommagés.

Par ailleurs, le propriétaire a le devoir de vérifier minutieusement les conditions générales, ainsi que les tenants et aboutissants de son contrat, car cela peut varier d’un établissement à un autre.

En outre, afin de jouir d’un remboursement, la victime de vandalisme doit déposer une plainte auprès de la police ou de la gendarmerie, dans les 24 heures qui suivent la constatation des dommages.

Elle dispose ensuite de 5 jours ouvrés pour faire part à sa compagnie d’assurances du sinistre qu’elle a subi. En même temps, il procèdera à l’envoi d’un courrier contenant les documents justificatifs qui se rapportent aux biens vandalisés, tels qu’un inventaire des biens, des photos ou encore des factures prouvant leur appartenance et leur prix.