annonces président plan « logement d’abord »

50 000 logements supplémentaires pour les ménages précaires

Aux militants du Droit au logement (DAL) qui l’ont interpellé, Emmanuel Macron a confirmé être en faveur d’une diminution des loyers applicables aux logements sociaux. Par ailleurs, au cours des cinq prochaines années, il projette de créer ou de mobiliser 50 000 logements de plus pour les ménages précaires et de mettre en place un accompagnement social. Les pensions de famille et le parc locatif privé devraient fournir respectivement 10?000 et 40?000 places additionnelles.

Pour le chef de l’État, l’objectif est de mettre en place une solution pérenne au lieu de dispositifs d’urgence tels que le recours à des chambres d’hôtel onéreuses. Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, souligne que le gouvernement donne la priorité au logement des familles en grande précarité.


Le plan prévoit également une augmentation de la production de logements très sociaux (PLAI). De 17?000 à l’heure actuelle, les bailleurs sociaux devraient ainsi atteindre un objectif annuel de 40?000 nouveaux logements.

Difficile encadrement des loyers

En revanche, sur la question de l’encadrement des loyers, autre revendication phare du DAL, le président s’est montré sceptique. Pour lui, la nécessité d’accélérer et d’augmenter la construction de logements n’est pas compatible avec un blocage des loyers sur le long terme.

Il recommande plutôt leur révision à la baisse dans les zones sous contrôle, stratégie qui favoriserait par ailleurs l’atteinte d’un compromis avec les acteurs du logement social. Enfin, construire massivement serait plus efficace pour négocier une réduction ultérieure des loyers.

Ces explications n’ont pas suffi à convaincre ses opposants, qui ont tenu la manifestation qu’ils avaient prévue.