habitation

Obligatoire pour chaque ménage, l’assurance habitation représente un budget majeur. D’après une étude menée par un site comparateur d’assurance, les ménages d’Occitanie sont parmi ceux qui paient chers côté tarif. En effet, le baromètre des primes d’assurance par région métropolitaine vient d’être publié.

237 euros par an pour assurer une maison en Occitanie

Dans le classement des régions où les primes d’assurance sont les plus chères, l’Occitanie fait partie du peloton de tête. En effet, il faut prévoir en moyenne 237 euros par an pour assurer sa maison et 147 euros pour un appartement, en égalité avec Auvergne Rhône Alpes.

Concernant les appartements, c’est la région PACA qui détient le palmarès des plus hauts tarifs avec 168 euros par an. Toujours en ce qui concerne le classement des métropoles régionales, Marseille se place en tête avec 198 euros par an en termes de tarif d’assurance habitation moyen.


En quatrième position se trouve Montpellier avec 169 euros par an, alors que Toulouse se classe à la septième place nationale avec une moyenne de 161 euros l’année.

Le dégât des eaux, premier facteur de la hausse des prix

Le montant d’une prime dans un contrat assurance habitation dépend de plusieurs facteurs. Parmi eux, les compagnies d’assurance tiennent compte de la typologie des sinistres survenus fréquemment dans une région. En Occitanie, les assureurs prennent de large disposition concernant les orages et les fortes pluies que dans les autres régions.

Cela est expliqué par le fait que l’Occitanie est plus sujette à ces cataclysmes-là. En effet, 51% des sinistres déclarés sont causés par un dégât des eaux et 27% concernent un évènement climatique comme l’inondation, la tempête ou la grêle alors que la moyenne nationale est de 18%. Par ailleurs, contrairement aux autres régions, les déclarations de vol ou de vandalisme ne représentent que 18% des sinistres.

Des surfaces à assurer non-conséquentes

Dans chaque contrat assurance habitation, les assurés doivent préciser les surfaces à assurer. C’est ainsi que ces données figurent dans les bases de données des assureurs. De ce fait, le site comparateur en assurance a pu constater que seuls 36% des contrats concernant des biens immobiliers ont une surface supérieure à 90m2.

Cette situation peut s’expliquer par le caractère fortement pavillonnaire et de l’importance de l’habitat diffus de la région. Toutefois, seulement 3% des assurés déclarent une valeur des biens estimée à plus de 60 000 euros, 21% dans une valeur comprise entre 15 000 et 21 000 euros et une grande majorité soit 68% déclarent une valeur inférieure à 15 000 euros.