banques a Londres

Les clients des banques contraintes de payer des intérêts sur leurs dépôts en banque

Les petites entreprises ont été averties par leurs banques qu’elles pourraient avoir à payer des intérêts sur leurs soldes créditeurs. Le 28 juillet, le Herald a même consacré un article portant sur la menace que représentent les frais bancaires pour les petites entreprises. Concrètement, au lieu de percevoir des intérêts de la banque, les clients devraient les rémunérer pour garder leurs économies.

Il est de notoriété publique que les fonds déposés sur un compte bancaire appartiennent à l’établissement jusqu’à leur éventuel retrait, mais la réalité est que, depuis des années, les banques n’ont plus besoin de l’argent des citoyens pour disposer de liquidités à prêter.


Les activités hasardeuses des banques

Elles ont aujourd’hui suffisamment d’argent pour financer des prêts aux ménages comme aux entreprises et gagner des sommes substantielles des intérêts engendrés. La Banque d’Angleterre a évoqué des milliards injectés dans le cadre de la politique de « quantitative easing » destinée à doper le secteur bancaire « pour l’économie », mais le consommateur n’a malheureusement pas bénéficié de ses retombées positives.

La Royal Bank of Scotland (RBS) s’est livrée à des jeux dangereux tels que la vente abusive de contrats d’assurance emprunteur (le scandale des PPI) ou la manipulation des taux interbancaires Libor, et a failli atterrir directement à la case prison sans recueillir au passage les 300 milliards de livres. La chose la plus surprenante dans toute cette affaire est que la RBS est en grande partie détenue par le gouvernement, lequel est censé appartenir au peuple.