assurance pour les voitures accidentees

Première solution, faire appel à un courtier en assurance

Face aux refus successifs de plusieurs assureurs, il peut être tentant de rouler sans assurance, ce qui serait une grave erreur puisque le conducteur pris en flagrant délit s’expose à des sanctions pénales très lourdes. La meilleure solution pour trouver un établissement prêt à fournir au minimum une couverture au tiers est de passer par un courtier.

Ce dernier dispose en effet de contacts auprès de nombreux établissements, dont certains sont souvent méconnus, et sera tout à fait capable de plaider la cause de son client auprès d’eux.

Bien évidemment, les assurés qui ont plusieurs sinistres derrière eux doivent s’attendre à payer des primes bien plus élevées, mais c’est tout à fait légitime au vu du risque accru qu’ils représentent. Une option pour payer moins est de se restreindre à utiliser une voiture moins puissante, généralement considérée comme moins « accidentogène ».


Dernière possibilité, le Bureau Central de Tarification

Les assureurs ont toute latitude pour refuser de renouveler le contrat d’un assuré, qui pour eux est un client comme un autre. Ainsi, même un courtier chevronné peut faire chou blanc si le dossier à charge de son client est trop étoffé.

En dernier recours, il est possible de s’adresser au BCT (Bureau Central de Tarification), une agence étatique qui dispose des pouvoirs pour obliger un établissement à accorder la meilleure assurance auto à un demandeur.

C’est également lui qui établira le montant des primes dont l’assuré devra s’acquitter. Pour pouvoir faire appel aux services du BCT, il suffit à un particulier de prouver qu’il a essuyé au moins deux refus auprès de différents assureurs.