voiture diesel perd en notoriete

Alors que le marché automobile connait une hausse de 8,3%, celui des véhicules diesel enregistre une baisse de 2,5% rien que pour la première moitié de l’année 2016. Les moteurs à gazole ne détiennent plus que quelques 52,8% du marché de voitures première main pour particuliers.

Pourtant, en 2012, les pourcentages ont déjà atteint les 73%. Aujourd’hui, on revient tristement sur les chiffres des années 2001-2002. Le président du CCFA avance même l’hypothèse de la stabilisation du marché autour des 50%.

Un marché en chute libre sur le continent européen

De nombreux pays comme les Etats-Unis, le Brésil, le Japon, la Chine ou encore la Corée ont déjà proscrit l’utilisation des véhicules diesel pour les particuliers. En effet, dans ces pays-là, ce type de motorisation est spécialement dédié aux voitures utilitaires, les voitures tout-terrain et les gros camions.


Mais pour l’Europe et l’Inde, l’option diesel s’est fait une place sur le marché après les chocs pétroliers des années 70. On pouvait constater 15 à 20% d’économie de carburant par rapport au moteur à essence. Ce qui a bien encouragé la population à se ruer vers ce type de véhicule.

La voiture diesel : historique et statistique

Le bonus-malus a été créé en faveur des véhicules diesel par le régime Sarkozy. En effet, l’Union Européenne cible une production de 130g/km de gaz carbonique au kilomètre pour l’année 2015, contre 95 grammes pour 2021. Les moteurs diesel ont la capacité nécessaire pour atteindre cet objectif.

C’est pour cette raison que les ventes ont connu une hausse considérable pendant plus de 20 ans depuis les années 90. Les chiffres ont atteint un pic de 73% en 2012, avant de connaitre une descente fulgurante pour retomber aujourd’hui sur les statistiques du début des années 2000.

La cause de la chute

L’effet du bonus-malus s’est-il donc estompé ? Les acheteurs ne semblent plus tout à fait convaincus du caractère écologique du moteur diesel. Et la découverte des manœuvres de la marque allemande Volkswagen aux Etats-Unis en 2015 n’a fait qu’aggraver les choses.

Il a ainsi été prouvé que si le moteur à gazole émet moins de CO2 par rapport au moteur à essence, il le bat à pleine couture sur la production d’oxyde d’azote et d’autres particules encore plus nocifs à l’environnement. Mais depuis 2011, un filtre à particules a été intégré aux véhicules diesel, et aujourd’hui, les analyses techniques montrent que les moteurs à essence ont fini par produire autant de particules que le diesel.