voiture autonome

Tests peu convaincants de la réactivité en cas d’obstacle soudain

Pour le test, la fonction de conduite « autonome » de chaque véhicule a été activée, et la voiture le précédant a fait un écart soudain afin de ne pas percuter un obstacle présent sur la route. L’examen a été réalisé sur le circuit fermé de Montlhéry dans l’Essonne, mais également sur la route et dans les embouteillages.

La Mercedes Classe E se distingue de toutes ses concurrentes en s’arrêtant à temps grâce au maintien d’une distance de sécurité respectable. La Tesla Model S enregistre quant à elle deux échecs pour quatre tentatives. Quant à l’Audi A4, la BMW Série 7, la Mercedes Classe C, la Volkswagen Passat et la Volvo S90/V90, pas une fois leur système n’a eu la bonne réaction.


Si hors des bouchons, seules les Mercedes Classe C et E ainsi que la Tesla Model S permettent d’éviter l’accident, au cœur de la circulation, les systèmes ont fait leurs preuves. Néanmoins, les journalistes notent des « résultats inégaux » et soulèvent les limites de ces systèmes.

Les axes d’amélioration de la voiture autonome

En effet, lorsque le soleil se situe face à ces derniers sur la ligne basse d’horizon, ils aveuglent ces dispositifs. Plus généralement, le nombre de capteurs doit augmenter pour une vision plus large de la route et des éventuels obstacles.

De plus, ils ont tendance à bloquer le passage des cyclistes qui se faufilent entre deux files de voitures. Enfin, si un véhicule s’insère brusquement devant le modèle « autonome », la reprise en main du conducteur est parfois nécessaire. En conclusion, l’intelligence artificielle doit s’améliorer en intégrant le comportement des autres (piétons, automobilistes, deux-roues…)

En attendant, les expérimentations de circulation sur la voie publique de véhicules autonomes en France, autorisées par une ordonnance adoptée le 3 août, se poursuivent. Elles visent l’instauration d’une réglementation stricte d’ici à 2020 et l’introduction d’une véritable conduite autonome sur certaines voies (rapides, larges, interdites aux piétons et sans feux). Et il faudra encore adapter les contrats d’assurance auto à ces nouvelles habitudes de rouler en quittant la route des yeux.