coefficient dans les contrats d'assurance auto

Si l’assuré commet des accidents durant une année, ses cotisations peuvent augmenter. Cela est dû à un coefficient de réduction-majoration inclus dans tous les contrats d’assurance voiture. Dans certains cas cependant, notamment lorsque l’assuré n’est pas directement responsable de l’accident, aucune pénalité n’est émise.

S’il ne subit aucun sinistre au cours de l’année, il bénéficie d’un bonus réduisant le montant des cotisations à payer. En théorie, ce système concerne tous les véhicules à moteur, bien que des exceptions soient à considérer.

Les sinistres n’entraînant aucune pénalité

L’assuré ne subit aucune pénalité lorsqu’il est victime de certains sinistres. Dans le cas où l’accident a eu lieu au moment où un voleur la conduisait ou encore une personne qui ne l’en a pas informé, le coefficient ne sera pas majoré. Il en est de même au cas où l’accident s’est produit notamment à cause d’un bris de glace, d’un incendie, etc.


Notion de bonus-malus auto

S’inscrivant dans le cadre de la signature d’un contrat d’assurance pour la prise en charge de véhicules à moteur, le bonus-malus auto est un système permettant d’estimer le risque de la sinistralité. Durant une année, si un conducteur ne fait aucun accident avec son véhicule, il gagne un bonus.

Dans le cas contraire, il est pénalisé à chaque accident de voiture dont il est responsable et subit un malus. Plus il a commis des accidents dont il est responsable tout au long d’une année, plus les sommes augmentent. Dans le cas où il n’est pas responsable des accidents, il ne peut être pénalisé par un malus.

Les véhicules pris en compte

Ce sont les véhicules à moteur tels que les deux-roues de plus de 125 cm3 et les voitures qui sont concernés par le bonus-malus. Des exceptions existent toutefois pour certains véhicules comme les quads, les tracteurs ou véhicules agricoles, les petits cyclomoteurs, les voitures de collection de plus de 30 ans et les véhicules des bénévoles ou des salariés.

La prime d’assurance peut augmenter ou diminuer en fonction de l’existence ou non de sinistres. Multiplié par un coefficient de ce système de « récompense-punition », la cotisation d’assurance voiture dépend de divers paramètres. Parmi ceux-ci, il y a notamment les risques couverts, le type de véhicule, la localisation, le nombre d’années de permis, etc.

Plus le coefficient de réduction-majoration est élevé, plus l’assuré doit payer un montant élevé pour la cotisation. En revanche, lorsqu’il est bas, il ne doit débourser qu’une faible somme.