permis de conduire

Pour diverses raisons qui incluent un prix trop onéreux ou encore une durée trop longue, obtenir un permis de conduire est tellement compliqué que plusieurs jeunes y renoncent. Pourtant, hors des centres-villes, conduire une voiture est indispensable.

Même si environ 1.5 millions d’habitants se portent candidats chaque année, le permis ne passionne plus les jeunes ni leurs parents. Selon une enquête menée par un cabinet d’audit, le taux de détention du permis chez les 18-29 ans a reculé de 73% en 2012, contre 76% en 1992.

Cette perte d’intérêt est surtout remarqué les centres urbains. En effet, l’Insee publie que 22% des 18-20 ans en Île-de-France ont un permis B contre 67% en zone rurale.


Parcours d’obstacles avant l’obtention du permis

Le budget destiné à un véhicule est assez rédhibitoire pour les citadins. Telle est la raison pour laquelle ils préfèrent rouler dans les transports en commun.

Selon le sociologue Laurent Fouillé, les jeunes ont attribué le symbole de la liberté aux objets numériques comme le Smartphones, au détriment de la voiture. En outre, le prix exorbitant (d’environ 1 804 euros) est le principal obstacle dans la motivation de passage à un permis de conduire.

Alors que les établissements proposent des prix cassés pour 20 heures de leçons de base, les candidats doivent faire 15 heures supplémentaires à leurs charges. Un autre obstacle non négligeable est le délai d’attente, il peut être de 3 à 6 mois dans certaines régions. Ainsi, la loi Macron de 2015 s’est attelée à le réduire en moins de 45 jours dès 2017.

Des solutions révolutionnaires contre l’inaccessibilité du permis de conduire

Plusieurs témoignages tendent à dénoncer l’inaccessibilité du permis de conduire. Certains vont même jusqu’à évoquer le caractère désagréable des moniteurs.

Parallèlement, de nouveaux acteurs comme Ornikar sont apparus pour rendre plus économique le passage d’un permis. Concrètement, ils mettent en relation les candidats avec des professeurs expérimentés via leur plateforme. 


La conduite accompagnée, pour faire grimper le taux de réussite à 74%

Une autre option pour obtenir des offres avantageuses en assurance jeune conducteur est la conduite accompagnée. Ce dispositif permet à un jeune, dès 15 ans, de conduire 3 000 kilomètres minimum accompagné d’un proche avant de passer l’examen.

Selon la Sécurité routière, il permet de faire grimper à 74% le taux de réussite. De plus, il réduit les coûts de formation et diminue de 27% le risque d’accident dès la première année seul au volant.