La « prime à la casse » réformée

La nouvelle « prime à la conversion » : 1000 euros

L’objectif du gouvernement est de changer le parc automobile en France à l’hybride, essence ou électrique et de mettre hors service les vieilles voitures diesel pour la santé publique. Le ministre de la Transition écologique a mis en place une nouvelle formule de la prime à la conversion.

Une aide de 1000 euros serait octroyée à tous les automobilistes, quel que soit leur salaire, s’ils se débarrassent de leurs vieilles voitures diesel qui sont plus polluantes, tandis qu’une aide de 2000 euros serait allouée aux familles moyennes. Comme les voitures électriques et hybrides ne sont pas à la portée des foyers modestes, opter pour les voitures à essence serait plus intéressant.


Par exemple, une famille modeste qui désire se débarrasser d’une Clio mise en circulation en 1991 recevra une aide de 2000 euros en acquérant une Clio 3 d'occasion de 2006 (qui coûte environ 3500 euros). Nicolas Hulot avait annoncé en juillet que les véhicules mis en circulation avant 1997 seraient concernés.

Rappel sur l’actuelle prime à la casse

Il faut se débarrasser d’une voiture diesel immatriculée avant 2006 pour bénéficier de la prime à la casse. Les foyers non imposables touchent 500 euros pour l’acquisition d’une voiture à essence de norme Euro 5 et pour celle de norme Euro 6, la prime atteint les 1000 euros. Pour l’acquisition d’une voiture à motorisation électrique, l’aide s’élève à 4000 euros (minime par rapport au prix élevé du véhicule). Tout ménage qui achète un hybride recevra une aide s’élevant à 2500 euros.

En 2016, seulement 242 foyers avaient joui de ce dispositif, a déclaré la Cour des comptes en juin dernier. Même si la prime à la casse a été maintes fois réformée, le résultat n’a pas encore satisfait le gouvernement.