voiture connectee

Évolution du mode de commercialisation de véhicules

Le commerce en ligne a également investi l’univers de l’automobile, bouleversant les habitudes des consommateurs en matière de choix et d’achat. Ainsi, l’année dernière, la moitié des ventes de voitures a été conclue sur internet. Ce canal pourrait d’ailleurs devenir le seul à l’horizon 2015.

De plus en plus, les transactions se font en direct, sans passer par un revendeur grâce à des plateformes spéciales. Par exemple, Beepi et Carvana simplifient l’achat de véhicules d’occasion tout en faisant économiser la commission de l’intermédiation aux acquéreurs. Avec Carlypso, l’association d’une marketplace virtuelle et d’un dispositif de géolocalisation GPS permet de conclure une vente sans rencontre physique entre vendeur et acheteur.


Assurance sur mesure adaptée au comportement du conducteur

L’IoT révolutionne aussi l’assurance. En fournissant des données précises en temps réel sur l’utilisation de la voiture et sur le comportement de son conducteur, les objets connectés permettent aux assureurs de développer de nouveaux modèles et d’établir des contrats d’assurance auto personnalisés. Il devient en effet plus facile d’évaluer le risque réel et de fixer le tarif en conséquence.

Les loueurs se servent quant à eux de logiciels tels que CloudLending pour mesurer le risque et les coûts, et ajuster la cotisation. Néanmoins, la question de la sécurité des informations des consommateurs se pose, les piratages représentant une menace réelle.

Suivi d’activité grâce aux objets connectés

Les systèmes reliés à une application mobile se multiplient également. Avec l’outil de la startup Dash Labs, les automobilistes connaissent leur consommation de carburant de leur véhicule et son état, mais aussi leur propre profil de conduite.

Les clients de la startup MetroMile disposent pour leur part d’un appareil de diagnostic connecté permettant une étude de leur façon de conduire et du taux d’usage de la voiture. Une conduite occasionnelle et prudente est ainsi une source d’économies substantielles.

Intérêt croissant pour le partage de véhicules

En milieu urbain, la connectivité a également encouragé des pratiques comme le partage de voitures. À la propriété automobile, de nombreuses personnes privilégient les transports en commun ou le vélo, et pour leurs besoins d’une voiture, recourent au partage. Plus souple que la possession d’une voiture, elle est surtout moins onéreuse, puisqu’elle évite le prix d’achat, la prime d’assurance et l’entretien.