marche automobile

Le marché de VUL est en continuelle progression depuis les neuf premiers mois de 2016. Selon l’Acea, les ventes de VUL de moins de 3.5 tonnes ont haussé de 13.5%.

Quant au marché français, le CCFA ou comité des constructeurs français d’automobiles, les immatriculations ont progressé de 9.7% par rapport à 2015.

63.4% des ventes destinées aux marques françaises

Les marques françaises envahissent le marché de VUL international. En effet, elles mobilisent 63.4% des ventes. Ainsi, les marques Dacia et Renault arrivent en tête du palmarès en s’appropriant 32% du marché.

On retrouve ensuite le Renault Kangoo, qui reste le VUL le plus vendu dans l’hexagone avec 28 225 unités, la Renault Clio avec une hausse de 7.8%. La troisième place est accordée au Fiat Ducato avec une progression de 6.9% par rapport à 2015.


Bien que l’on constate une présence plus dynamique des pick-up dans l’hexagone, ce type de véhicule n’apparait pas dans le top 10. Entre l’année 2009 et 2015, la France a augmenté son volume de 40%.

Le programme bonus-malus chez les entreprises

La situation dans les flottes d’entreprise a fait l’objet de longs débats. Les magistrats de la Cour des comptes ont analysé de ce fait, « l’efficience des dépenses fiscales relatives au développement durable ».

Dans l’évaluation des politiques publiques figure la déductibilité de TVA sur les carburants pour les entreprises. Cependant, elle ne peut être analysée faute de données. En effet, les 20% de diminution des émissions de CO2 sont souvent évoqués sur les bases de ces pouvoirs calorifiques. Pourtant, ils ne reflètent pas dans les performances des véhicules particuliers.

En outre, l’analyse faite sur les bus a abouti sur des résultats controversés, comme une hausse des émissions de CO2 par rapport au diesel mais une baisse des particules et des NOx. Evoquant le bonus-malus, la Cour a tout de même précisée que ce dispositif contribuait à réduire les émissions de CO2 de la flotte automobile.

Fiscalité des voitures utilitaires, avantageuse pour les entreprises

Les pick-up sont classés parmi les voitures utilitaires et permettent aux entreprises de s’affranchir du bonus-malus et de la taxe sur les véhicules de société. Influencé par cette fiscalité avantageuse, ce type de véhicule enregistre un succès grandissant auprès des entreprises.

Il faut toutefois signaler que si le dispositif de ce bonus-malus contribue à baisser les émissions de CO2 des véhicules neufs, il peut également contribuer, inversement, à augmenter le taux d’émission de CO2, à condition qu’il conduise les ménages à augmenter leurs déplacements et la demande de véhicules. Parmi ces pick-up figurent la Toyota Hilux, Nissan Navara ou Volkswagen Amarok.