vignette-antipollution-critair

Des commandes en masse de vignette anti-pollution Crit’air parviennent au ministère de l’Écologie, qui durant le mois de décembre 2016 avait reçu 950.000 requêtes. Ces demandes proviennent des propriétaires de véhicules qui ont réagi assez tardivement à l’annonce selon laquelle la détention de ladite vignette sera obligatoire à compter du 16 janvier 2017 pour pouvoir circuler dans les rues de la Capitale française. Il faut croire que les citoyens ont été alertés par les pics de pollution aux particules fines, si bien que vers la dernière semaine de l’année 2016, les dossiers pour demander le certificat anti-pollution imposé par le ministère soient soudain déposés en masse. Par ailleurs, les villes de Lyon et de Grenoble sont aussi touchées par ce dispositif.


Une certification obligatoire pour tous les véhicules

La vignette Crit’air est un certificat qualité de l’air qui a été mis en place dans le but de réduire la circulation des véhicules qui émettent un taux de pollution élevé dans les rues de la ville. À ce sujet, 700.000 demandes émanant des particuliers, plus 250.000 provenant des entreprises ont été reçues par le ministère de l’Écologie dans la journée du mercredi 28 décembre 2016. Selon Le Figaro, ce chiffre représente trois fois le nombre enregistré en début de mois de décembre. À rappeler qu’un certificat Crit’air coûte 4,18 euros, incluant les frais d’envoi.

La répartition des véhicules et les sanctions prévues

En réalité, six catégories de véhicules seront désignées par la mise en place du certificat Crit’air. Les véhicules seront alors répartis selon leur émission de particules polluantes dans la nature. D’après les explications du ministère, « Tous les véhicules routiers sont concernés : deux-roues, trois-roues, quadricycles, véhicules particuliers, utilitaires, poids lourds dont bus et autocars ». À savoir que la classification des véhicules se basera sur la norme européenne, aussi appelée la norme « Euro »

En ce qui concerne les sanctions, les voitures particulières et les véhicules utilitaires ayant reçu leur immatriculation avant le 1er janvier 1997 seront désormais interdits de circuler quel que soit leur type de motorisation, essence ou diesel. Les véhicules deux-roues mis en circulation avant le 1er juin 2000 subiront aussi la même interdiction. Ainsi, ces véhicules disparaîtront de la circulation durant les jours ouvrables, c'est-à-dire du lundi au vendredi, entre 8 heures et 20 heures. Pour les conducteurs qui daigneront rouler sans vignette, la sanction s’élèvera à 135 euros d’amende pour les véhicules de 4ème classe ou les poids lourds et les autocars, de 68 euros pour les voitures de 3ème classe qui englobent les particuliers et les autres types de véhicules. Par ailleurs, le taux d’émission de particules polluantes impacte sur la prime de l’assurance auto.